3A, Bâtisseurs d'un monde meilleur

BACHELOR visé BAC+3 / 2ème cycle certifié niveau 1

Témoignage d’Auldès MAIEL, diplômée de la Promo 2002

Auldès MAIELAuldès MAIEL (Promo 2002)
Chargée de mission développement économique des quartiers
Région Île de France

Que retenez-vous de votre parcours à 3A ?
3A est une grande famille pour moi ! Quel que soit la promotion on repère les mêmes gènes 3Ayens : ouverture vers les autres, l’amour du risque, multi-compétences et surtout… on les retrouve partout!

J’ai été séduite par le concept de 3A : pouvoir acquérir des compétences générales de l’entreprise, appréhender différemment l’approche internationale tout en étant ouvert sur les métiers de l’humanitaire. J’ai donc choisi l’option gestion financière, me suis spécialisée sur le continent Amérique Latine et pris l’option « Administrateur de mission » à l’époque animée par l’association Humacoop.

Mon parcours 3A a été enrichi par des stages qui ont conforté mes choix et mon souhait de ne correspondre qu’à un profil : école de commerce ou humanitaire. J’ai découvert une autre manière de mettre à profit ce que j’avais appris à l’école au service des autres. J’ai eu la chance de travailler pour une association locale au Niger qui cherchait à professionnaliser ses pratiques et établir une stratégie de développement ; aujourd’hui cette association fait partie des associations les plus importantes du pays. Ensuite j’ai intégré un petit cabinet de consultant en Martinique où j’ai découvert l’économie sociale et solidaire et la culture entrepreneuriale. Depuis, ce sont des valeurs qui m’ont guidées tout au long de mon parcours professionnel.

A l’issue de vos études, quel a été votre parcours ?
3A a radicalement changé mon parcours professionnel. Je m’étais formée en tant que logisticienne humanitaire en obtenant un DUT Gestion Logistique et Transport, et à présent je travaille pour l’une des plus grandes Régions européennes et je viens de créer ma propre association. J’ai débuté dans le réseau Boutique de Gestion en tant que conseillère en création et en développement entreprise auprès d’un public dit « éloigné de la culture entrepreneuriale » qui n’avait aucune notion de markéting, de gestion ou de commerce… J’ai été chargée de créer une couveuse d’entreprises départementales et de développer d’autres outils et concepts d’accompagnement à la création. Forte de cette expérience je me suis dirigée dans le conseil auprès des associations en vue de pérenniser leurs activités et leurs emplois dans le cadre du DLA (Dispositif Local d’Accompagnement) durant 2 ans avant de devenir Directrice Adjointe d’une Maison de l’Initiative Économique Locale (La MIEL), dirigée par une communauté d’agglomération dans le 93. Et comme je suis quelqu’un qui s’ennuie très vite, j’ai postulé au bout de 3 ans au Conseil Régional au poste de chargée de mission développement économique au service Entrepreneuriat et développement sectoriel. 

Quel est votre métier aujourd’hui ?
Je suis en charge de la mise en œuvre et de l’animation de la politique entrepreneuriale pour le compte du Conseil régional d’Ile-de-France. J’accompagne des collectivités territoriales et des associations à développer des outils favorisant la création et le développement d’entreprise.

A titre d’exemple, nous soutenons l’association MOOVJEE qui propose un suivi post-création d’entreprises sous forme de mentorat entrepreneurial à des jeunes de -30ans. J’ai été agréablement surprise et fière de voir parmi les lauréats 2014 du concours MOOVJEE, un 3Ayen! (Guillaume PARIS DE BOLLARDIERE dirigeant de Biodegr’AD)

Nous travaillons également de concert avec l’association l’ADIVE et les grands groupes pour les accompagner à adopter une approche de développement économique endogène sur leur territoire d’implantation : ouverture de leur politique d’achat en direction des petites et moyennes entreprises, mécénats de compétences, tutorat entrepreneurial…

En résumer mes fonctions consiste à mobiliser l’ensemble des acteurs institutionnels et privés pour le développement économique des territoires.

Quels conseils donneriez-vous à de futurs diplômés 3A ?
En conclusion, je conseillerais aux futurs diplômés qui se retrouveront sur le marché du travail ou à la recherche d’un stage, de se laisser guider par ses aspirations personnelles car on ne peut réellement convaincre son interlocuteur sans être convaincu soi-même de ses propres valeurs.