3A, Bâtisseurs d'un monde meilleur

BACHELOR visé BAC+3 / 2ème cycle certifié niveau 1

Concert-causerie « Musiques des Amériques » (entrée libre)

Dans le cadre de son partenariat avec le CNSMD de Lyon, l’ESCD 3A est heureuse
de vous inviter au 1er concert de l’année (entrée libre) :
Mercredi 16 Décembre 2015 à 18h dans le Grand Amphi !

Retrouvez l’événement sur Facebook !

CNSMD Concert 16 12 2015


Concert-causerie : Musiques des Amériques,
proposé par le CNSMD de Lyon/Promotion Master COPECO

Emilie Girard-Charest, violoncelle
En présence du compositeur Maxime McKinley


La violoncelliste Émilie Girard-Charest vous propose un voyage musical à la découverte des musiques contemporaines des Amériques.

Le programme sera constitué de cinq œuvres récentes — dont trois seront présentées en première mondiale — écrites par des compositeurs aux origines et aux bagages musicaux très variés.

La présentation sera ponctuée d’interventions en dialogue avec le compositeur Maxime McKinley visant à mettre en contexte les différentes œuvres afin de guider l’écoute.

Ce concert-causerie se veut aussi l’occasion d’échanger sur la circulation des musiques entre les Amériques et l’Europe et, plus globalement, sur le concept d’américanité.


Les compositeurs :

Sergio Castrillón (1981, Colombie)
Detras de la montaña (2012-13)

James Rubino (1989, États-Unis)
Misericorde, (2015) création

Aurelio Silva Sáez (1988, Chili)
Signos IIa (2015) création

Maxime McKinley (1979, Canada)
Cinq litotes, (2015) création

Joane Hétu (1958, Canada)
Émilie préfère le chant (2014)


Émilie Girard-Charest

Émilie Girard-Charest est violoncelliste, compositrice et improvisatrice.

Comme chambriste, soliste ainsi qu’au sein de différents ensembles (Allogène, SuperMusique, La Machine, Quatuor d’occasion, Stéphane Pécas, Ensemble for New Music Tallinn, duo Collard-Neven-Girard-Charest), elle se consacre activement aux musiques nouvelles.

En tant qu’interprète, elle a travaillé avec de nombreux compositeurs, dont Malcolm Goldstein, Michel Gonneville, Maxime McKinley, Joane Hétu, Guillaume Primard, Jean-Luc Fafchamps, Isaiah Ceccarelli, Hans Zender, Graciela Paraskevaidis et Fredrik Gran.

Elle s’est produite dans le cadre de plusieurs festivals au Québec, aux Etats-Unis, en Belgique, en Autriche, au Chili, en Argentine, en Estonie, en Finlande, en Espagne, ainsi qu’en Macédoine. Elle a également donné des concerts en France, enAllemagne, en Russie et en Uruguay.

Elle collaboreaussi avec les milieux du théâtre et de la danse. On a pu l’entendre, notamment dans Rhinocéros d’Eugène Ionesco (troupe Éponyme, m.e.s Jocelyn Sioui), Couloir et Chambres de Philippe Minyana et La fête à Jean de Pierre-Luc Lasalle (théâtre l’Instant, m.e.s. André-Marie Coudou), ADN de Dennis Kelly (m.e.s. Sylvain Bélanger), le Physical Theater Choir Project (Vicki Tansey), TheSticks (Andrew Tay) ainsi que dans Reine et Oiseaux (théâtre Tête au Corps, Vincent Langlois et Émilie Sigouin). Elle met actuellement sur pied duo avec la danseuse et artiste visuelle Sarah Bronsard.

Émilie Girard-Charest, diplômée du Conservatoire de musique de Montréal en violoncelle (classe de Denis Brott) et en composition (classe de Michel Gonneville), poursuit ses études dans le cadre du programme CoPeCo (Contemporary Performance and Composition), master conjoint entre l’Eesti Muusika – ja Teatriakadeemia (Estonie), la Kungliga Musikhögskolan i Stockholm (Suède), le Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon (France) et la Hochschule für Musik und Theater Hamburg (Allemagne). Elle est lauréate de la bourse de développement de carrière de la Fondation du Conservatoire de Musique de Montréal (2014) ainsi que du Prix d’Europe de Composition Fernand-Lindsay (2015).

Maxime McKinley

Maxime McKinley est né dans les Cantons de l’Est (au Québec), et vit à Montréal. Il a obtenu, en 2004, Le Prix avec grande distinction du Conservatoire de Montréal, où il a étudié la composition avec Michel Gonneville. Il a aussi obtenu, en 2009, un doctorat en composition de l’Université de Montréal, sous la direction d’Isabelle Panneton. Entre 2007 et 2010, il séjourne deux fois à Paris pour se perfectionner auprès de Martin Matalon. Il a également bénéficié de cours de maître ou particuliers avec les compositeurs Hugues Dufourt, Peter Eötvös, Kenneth Hesketh, Philippe Leroux, Armando Luna, Bruno Mantovani et Gérard Pesson.

Maxime McKinley a reçu des commandes de plusieurs ensembles et organismes d’horizons très variés, allant de lamusique contemporaine spécialisée à l’orchestre symphonique, d’instruments anciens aux collaborations multidisciplinaires. Ces dernières années, sesœuvres ont été interprétées, par de nombreux orchestres, ainsi que par des solistes tels que Louise Bessette, Julie-Anne Derome, Jérôme Ducharme, Pablo Gómez, Matthias Maute, Matan Porat et Andrea Tyniec, et des chanteurs comme Émilie Laforest et Vincent Ranallo.

Son travail a été présenté au Festival Montréal/Nouvelles musiques, au Symposium international d’art in situ de la Fondation Derouin (Val-David), au New Wave Composers Festival (Toronto), et au Foro internacional de musica nueva Manuel Enriquez (Mexico). Ses œuvres sont interprétées régulièrement au Québec, Canada, États-Unis, Mexique, Colombie, Allemagne, France, Italie et Pays-Bas, en plus d’être radiodiffusées sur les ondes de CBC Radio Two et d’Espace Musique de Radio-Canada.