Actualités

02 Mar.
[3A-LYON] Cycle de conférences sur le Droit International Humanitaire

ANNULATION : les 2 dernières conférences du cycle ne pourront être maintenues afin de respecter les mesures sanitaires prises par le Gouvernement. Plus d'infos : diffusion-dih.dt69@croix-rouge.fr

La Croix Rouge Française et l’École 3A ont le plaisir de vous proposer un Cycle de conférences sur le Droit International Humanitaire.

Vous trouverez ci-dessous le détail des 4 conférences ainsi que les liens pour vous inscrire (inscription gratuite & obligatoire). Les 4 dates sont positionnées sur des jeudis en Mars 2020 : 05/03, 12/03, 19/03, 26/03. Chaque conférence aura lieu de 18h à 20h au Campus HEP LYON-René Cassin (grand amphi).

CONFÉRENCE DU 5 MARS 2020 : EXISTE-IL VRAIMENT DES LIMITES A LA GUERRE

Basées sur les réalités de la guerre, les règles du Droit International Humanitaire (DIH) régissant les moyens et méthodes de combat, sont claires: l’action militaire doit être limitée, l’emploi d’armes aveugles telles que les armes biologiques et chimiques est interdit, la torture et autres formes de mauvais traitements sont strictement prohibés, les personnes qui ne participent pas ou plus aux conflits sont protégées,..
Pourtant l’évolution des conflits, la multiplication des acteurs combattants, les nouvelles technologies ou encore les lourdes répercussions des conflits contemporains sur les villes et civils, remettent en cause l’efficacité et le bien-fondé de ce droit.
Il est alors nécessaire de démontrer que le potentiel du DIH d’atténuer les effets dévastateurs des conflits armés sur les individus, les familles et les communautés est unique. Les exemples positifs de respect du DIH existent (mise en place d’assistance humanitaire et alimentaire pour les enfant sur la ligne de front, formations des groupes armés, refus de recrutement des mineurs…) et méritent d’être retenues contrairement à ses violations.

  • Intervenante : Louise-Anne BAUDRIER, Diplômée de Sciences Po Paris (master Human Rights and Humanitarian Actions), Coordinatrice du Pôle Diffusion du DIH de la Croix Rouge du Rhône
  • Événement Facebook : cliquez ici
  • Inscription : cliquez ici
CONFÉRENCE DU 12 MARS 2020 : LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT EN TEMPS DE CONFLIT ARMÉ

Le droit international de l’environnement est une branche du droit international récente et en constante évolution. Cette conférence sera tout d’abord l’occasion de s’interroger sur la place de la protection de l’environnement en droit international. Ensuite, il s’agira de s’intéresser de manière plus précise à la problématique de la préservation de l’environnement et du milieu naturel dans le cadres des conflits armés. En effet, le Droit International Humanitaire prévoit, dans une certaine mesure, une protection de l’environnement en raison du risque majeur que les conflits armés font peser sur celui-ci. Il s’agira enfin d’étudier une question aux confins de plusieurs domaines du droit international à savoir la question des "réfugiés climatiques". De la définition de la notion à l’interrogation sur un éventuel régime, cette étude permettra d’appréhender l’impact du réchauffement climatique sur le milieu naturel comme sur les populations humaines.

Cette conférence vise ainsi à appréhender de manière générale les problématiques posées par la protection de l’environnement en droit international, de la volonté de préserver celui-ci de l’impact des conflits armés à la volonté de protéger les populations souffrant de sa détérioration.

  • Intervenante : Claire MERIC, Doctorante en Droit international public à l’Université Paris II Panthéon Assas
  • Événement Facebook : cliquez ici
  • Inscription : cliquez ici
CONFÉRENCE DU 19 MARS 2020 : LA RÉALITÉ DES CAMPS DE RÉFUGIÉS

Le nombre de personnes déplacées à cause des guerres et persécutions n’aura jamais été aussi important. En 2018, plus de 70 millions de personnes étaient dans cette situation selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Parmi ces déplacés, 25,9 millions sont des réfugiés, 41,3 millions des déplacés internes et 3,5 millions des demandeurs d’asile. Toutefois bien que la problématique générale des réfugiés est largement relayée et connue de tous, peu d'outils ont été mis en place permettant de comprendre les conditions d’installation, de gestion et d'administration des camps de réfugiés qui restent pourtant un mode d'accueil privilégié des personnes déracinées dans le monde. Revêtant des modes de gestion pluriels, le camp est un mode d'accueil à part entière, dont l'étude semble indispensable à la bonne compréhension des enjeux des migrations de notre ère.

  • Intervenante : Rima Hassan, rapporteur à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) et Présidente de l’Observatoire des camps de réfugiés.
  • Événement Facebook : cliquez ici
  • Inscription : cliquez ici
CONFÉRENCE DU 26 MARS 2020 : L’HUMANITAIRE FACE A LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Ces dernières années, les États ont été confrontés à une menace grandissante émanant d’individus et de groupes armés non étatiques qui ont recours à des actes de terrorisme. Ces actes sont contraires au principe fondamental d’humanité, mais vont aussi à l’encontre du principe de distinction, de précaution ou encore de proportionnalité. Ainsi, il est du devoir des Etats et d’autres acteurs de condamner et d’agir contre les actes de terrorisme, quels que soient leurs auteurs, et qu’ils soient commis ou non dans le cadre d’un conflit armé.

Pourtant dans cette lutte contre le terrorisme, le CICR fait face à divers défis opérationnelles et juridiques. Premièrement concernant l’applicabilité du DIH aux opérations de lutte contre le terrorisme rejetée par certain Etats ce qui peut empêcher l’application effective des protections octroyées par ce droit. Deuxièmement, dans certains cas, les mesures de lutte contre le terrorisme prises pour faire échec au soutien, direct et indirect, aux organisations qualifiées de « terroristes » peuvent s'avérer préoccupantes empêchant l’assistance et la protection humanitaires. Face à ces défis, le CICR joue un rôle crucial dans la lutte antiterroriste notamment en veillant que l’action des États n’entravent pas les activités à caractère exclusivement humanitaire et impartial et en s’assurant que toutes personnes, arrêtées ou détenues en rapport avec le terrorisme, soient traitées avec humanité.

  • Intervenante: Ghislaine Doucet, Docteur en droit, spécialisé en droit international humanitaire, terrorisme (DIH) et droit international pénal, Conseiller juridique principal de la Délégation du CICR en France responsable de la publication de la Sélection française de la RICR.
  • Événement Facebook : cliquez ici
  • Inscription : cliquez ici